Enfance

Quand l'enfant polyhandicapé grandit, de nouveaux défis se présentent aux parents. Le domicile devient inadapté, l’enfant a besoin de matériel spécifique. Il faut rechercher une structure d’accueil scolaire, des loisirs et puis on se questionne sur l’autonomie de l’enfant.

Matériel spécifique

L’enfant grandit, il a besoin de matériel spécifique au quotidien et pour les loisirs: siège "auto", chaise roulante spécifique... L’habitation doit subir quelques adaptations: monte-escalier, rampe, soulève-personne, table de change mieux sécurisée... Il est important pour les proches d’être bien informé concernant les adaptations possibles du domicile et le matériel spécifique existant. Il convient également d’être au courant des différentes aides financières possibles.

Eclosion des compétences

Au niveau de la santé, c’est une période de moins grande fragilité et instabilité. Ce qui permet l'éclosion des compétences de l’enfant. L’enfant peut bénéficier soit d'un enseignement spécialisé (de type 2, 4, 6 ou 7 suivant le handicap dominant), soit d'un service d'accueil de jour pour jeunes.

Il est important que les enfants polyhandicapés aient, dès que leur état de santé global le permet, accès à une scolarité dans laquelle est garantie la mise en œuvre de projets éducatifs et de soins intégrés ambitieux et individualisés basés sur une évaluation globale et développementale appropriée. Une éducation globale permet d’utiliser toutes les ressources (sensorielles, cognitives, motrices et affectives) pour obtenir une cohérence dans la prise en charge de l’enfant polyhandicapé.

L’enfant polyhandicapé grandit mais ces centres d’intérêt et son plaisir à jouer restent focalisés sur la stimulation de leur sens. Il apprécie les jeux sonores et jeux de lumières et toutes sortes de jouets que l’on peut qualifier de jouets de premier âge. Il devient difficile de trouver des loisirs qui correspondent à son âge.

Travail d'autonomie

La dépendance totale de l’enfant polyhandicapé pour tous les actes de la vie quotidienne et son immaturité psychique ralentissent le développement de son autonomie et de celle de ses parents vis-à-vis de lui. Cependant, il est possible d’arriver à acquérir une autonomie relative selon les capacités propres de chaque enfant. Grâce aux compétences qui écloront, il pourra par exemple, tenir une cuillère même sans la porter à sa bouche. Il est important d’accompagner les familles dans ce travail d’autonomie de l’enfant polyhandicapé.

 

Actualités
lienscomprendre
BGComprendre1